L'Art de la décolonisation

Paris-Dakar (1950-1970)

Une enquête transnationale et transhistorique menée au cœur des pratiques muséales et artistiques entre la France et le Sénégal dans les années 1950 à 1970, qui s'inscrit dans le champ d'une histoire mondialisée de l'art et invite à décentrer les regards pour envisager l'histoire de l'art de ces années à nouveaux frais.
Si l'histoire des rapports entre Paris et New York est bien connue, celle des relations entre Paris et Dakar l'est beaucoup moins. Entre la France et le Sénégal, la circulation des objets, des artistes et des idées atteste des rapports de force qui agitèrent la scène artistique dans les années 1950 à 1970, marquées par le processus de décolonisation et la guerre froide. De l'élaboration d'un art moderne national au Sénégal, à la contestation de la politique de coopération mise en place entre les deux pays, des expositions « Picasso » ou « Soulages » organisées à Dakar dans les années 1970, à l'exposition d'art contemporain sénégalais organisée à Paris en 1974, une géopolitique des arts se mettait en place, au cœur de laquelle plasticiens et cinéastes jouèrent un rôle actif.
Transnational et transhistorique, cet ouvrage s'inscrit dans le champ d'une histoire de l'art mondialisée, et invite à décentrer les regards pour envisager l'histoire de l'art de ces années à nouveaux frais. Il permet également de repenser l'historiographie communément admise au sujet de la globalisation de l'art contemporain, en démontrant que « tout » ne commence pas dans les années 1990.
 
 
Maureen Murphy est historienne de l'art, Maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l'Institut Universitaire de France. Ses recherches portent sur la mondialisation de la scène artistique envisagée sous l'angle des rapports entre l'Afrique et l'Europe, l'histoire coloniale et postcoloniale, ainsi que sur les politiques d'exposition.